« | »

Pendant l’été, BasketMan revient avec les articles qui vous ont le plus plu ! Une occasion de (re)découvrir des histoires et des dossiers passionnants !

Il y a eu les Césars, puis les Oscars, et enfin notre version NBA des oscars, on poursuit donc dans la thématique cinéma cette semaine avec un top 10 des meilleurs films parlant de notre sport favori : le basketball. L’ordre peut varier selon les sensibilités, mais chacun de ces films devrait avoir été vu par tout fan qui se respecte, même si certains ne sont malheureusement visibles qu’en anglais (il existe des moyens de se les procurer et de choper les sous-titres au passage, que nous ne mentionneront pas pour des raisons légales. Mais ces moyens existent ).

1 - Hoop Dreams

Souvent, le basketteur cinéphile est confronté à un choix laborieux : un film de fiction qui lui apportera l’action mais pas le sentiment de réalité, ou le documentaire qui lui apportera cette impression réaliste mais se révèle parfois déconnecté de l’aspect sportif voire narratif. Hoop Dreams réussi à solver ce problème. Pendant des années, le réalisateur a suivi deux jeunes joueurs de Chicago, de leurs années collège à l’université, sans oublier les années lycées. Un monument de la culture basketballistique, qui offre en plus un regard profond sur la société américaine et le recrutement vers le sport-spectacle. À ne pas louper.

2- He Got Game

À un moment, quand le personnage principal s’appelle Jesus et qu’on arrive quand même à dépasser cette anomalie, c’est que le film est forcément excellent ! Non seulement l’idée brillante d’utiliser un véritable basketteur (Ray Allen, excusez du peu) s’est révélée parfaite, mais en plus l’idée non moins brillante d’y associer un véritable acteur (Denzel Washington, la grande classe aussi) permet d’atteindre le summum du genre. Ajoutez-y un scénario pas bête et un réalisateur talentueux (Spike Lee, là aussi je dois enfoncer le clou ?), et vous obtenez une recette presque parfaite. Certes, certaines scènes sont un peu limites tout comme certains dialogues, voire le jeu d’acteur de Ray-Ray, mais l’ensemble reste quand même impressionnant.

3 - Les blancs ne savent pas sauter

C’est peut-être le placer un peu haut dans la liste, tant les performances basket sont limitées. Mais au moins, voilà un film basket qui arrive à nous faire marrer sans nous prendre pour des idiots. Dans le style léger mais intéressant, c’est un véritable classique, qui se laisse regarder à l’envie. En plus, il y a quelques extras qui lui permettent de se détacher du lot : un dialogue brillant sur Jimi Hendrix, une présence féminine pour le moins troublante… bref, un plaisir à consommer sans modération.

4 - Hooked - The Legend of Demetrius Mitchell

Le film s’ouvre sur Gary Payton, Jason Kidd et Brian Shaw nous expliquant que Demetrius leur bottait le cul au temps des années lycées. Quoi ? Comment un joueur qui aurait des qualités de shoot, de jeu et d’athlétisme supérieur à ces trois meneurs-là (tous vainqueurs de titres NBA, ou presque pour J-Kidd), ne mesurant que 5 ft 9 (moins d’1m80)  et ayant remporté tous les Slam Dunk Contests imaginables a-t-il pu passer inaperçu ? La réponse est donnée par « Hook » lui-même et son entourage. Une jeunesse passée dans les quartiers mal famés et la drogue, qui le mèneront à la prison sans passer par la case université ni NBA, où il était plus que destiné. Une histoire malheureusement plus courante qu’on ne le pense, racontée ici par le principal intéressé entre les murs de sa géôle, entre deux matches de playground en prison, où le nom The Cage n’est ici pas figuratif… Très marquant.

5 - Coach Carter

Il faut vraiment que ce soit une histoire vraie pour qu’on ne trouve pas le scénario trop « gros ». Heureusement, ç’en est une. Celle d’un coach ancienne gloire de lycée qui revient entrainer l’équipe où il a établit le record de points et passes. En plus d’exploits sportifs, il demandera à ses joueurs « l’excellence » scolaire, en tout cas se mettre à niveau pour espérer étudier à la fac, et pas juste y scorer quelques paniers. Un sacré challenge pour des jeunes déjà dé-scolarisés et évoluant au milieu de la délinquance et la misère, durant lequel le coach montrera sa fermeté en décidant de fermer la salle d’entrainement et boycotter les matches au milieu d’une saison sans défaites… Samuel L. Jackson interprête ce Coach Carter qui ne fait pas de quartier.

6 - Hoosiers
Peut-être trop américain pour être dans cette liste. Je dis ça dans le sens où c’est un véritable classique aux États-Unis, auquel des spectateurs européens auront par contre peut-être du mal à adhérer. Le film, qui raconte le parcours d’une équipe de lycée d’une petite ville de l’Indiana qui réussit à atteindre les sommets en partant de rien, a en plus pas mal vieilli. Par contre, Gene Hackman (l’acteur principal de French Connection) réalise une performance très crédible en tant qu’entraineur, ses discours dans les vestiaires sont d’ailleurs cultes. Ce qui fait au moins une bonne raison de le voir.

7 - More Than a Game

Je ne doute pas que beaucoup auraient voulu voir ce titre beaucoup plus haut – tandis que d’autres ne veulent toujours pas en entendre parler. Personnellement, je l’ai suffisament aimé pour le mentionner, mais il est trop à cheval entre le rendu réalistique-sincère et l’objet promotionel bien foutu pour que j’arrive complètement à le kiffer. Ceci dit, voir LeBron pendant ses plus jeunes années, l’histoire improbable de cette équipe de St Vincent St Mary et certains aspects de la hype médiatique sans précédent que l’épisode a créé vaut le coup d’oeil. Par ailleurs, le coach Dru Joyce est vraiment sympa dans la vraie vie aussi.

8 - Blue Chips

Pas forcément beaucoup vu en France. C’est pourtant certainement le seul film (ou CD) d’une megastar du basket (Shaq) qui en vaut la peine. Pas forcément non plus le plus fin d’entre tous, le sujet est clairement de montrer de manière brutale les déviances du sytème de recrutement en NCAA. Au moins, il comporte une vraie portée dramatique, avec Nick Nolte qui fait du très bon boulot dans le rôle du coach au bord de la crise de nerfs (l’autre bord : celui où on pète les plombs tout le temps). Shaq n’est pas vraiment un acteur de génie, mais il a au moins une véritable présence à l’écran et est déjà une freak of nature. Ce serait con qu’il prenne sa retraite avant que vous n’ayez vu le film.

9 - J’ai failli mettre 9, un chiffre, un homme, sur notre Tony Parker national, puisqu’on en est à la 9ème position, mais je ne le ferai pas. Premièrement, parce que je préfère mentionner les documentaires du tout aussi français Nicolas de Virieu : Destination NBA sur la draft de Batum et Ajinça, pour n’en citer qu’un (photo à gauche), mais il y a aussi ceux sur l’équipe de France jeunes (Novi Generation), la Slam Nation, ou encore Moustapha Sonko et autres légendes du basket français comme Hervé Dubuisson. Deuxièmement, parce que je n’ai pas vu 9... Je sais, shame on me.

10 – La série 30 for 30 d’ESPN

C’est vrai, c’est encore un peu tricher de ne pas débattre quels sont les meilleurs films basket de la série. Mais je n’ai pas de préférence entre Once Brothers sur Vlade Divac et Drazen Petrovic, Jordan Rides the Bus sur la période baseball de His Airness, Reggie Miller vs the New York Knicks déjà mentionné ici, No Crossover : The Trial of Allen Iverson qui est à voir pour les fans et non-fans de A.I., Without Bias sur un joueur considéré comme peut-être meilleur que Jordan à la fac, ou The Fab Five sur, euh, bein le Fab Five, tiens !

Mentions honorablesRebound – The Legend of Earl « The Goat » Manigault, pour les fans hardcore des légendes de playground ; Through The Fire, pour les fans hardcore des histoires de jeunes joueurs sous pression avant la draft (ici Sebastian Telfair) ; Above The Rim pour les fans hardcore de Tupac, parce que les scènes basket sont limite horribles ; Gunnin’  for That Number One Spot, pour les fans hardcore de films/docus basket, parce que le sujet est nickel : des top-prospects tels Michael Beasley et Tyreke Evans, et le réalisateur est en plus un Beastie Boy (!), mais ça part vraiment dans tous les sens pour le public généraliste ; Glory Road, pour les fans hardcore de films à la Disney sur le basket, car le sujet de base est bien : la première équipe à avoir aligné un cinq majeur black en NCAA, mais le traitement est assez cliché.

Pour des raisons de commodité, je me suis arrêté aux films qui prennent principalement le basket comme sujet, des films comme À la rencontre de ForresterBasketball Diaries ou Space Jam n’ont donc pas pu entrer dans la liste (ah bon, le sujet principal de Space Jam était bien le basket ? J’avais pas remarqué…). J’ai également volontairement exclu le très bon documentaire d’HBO Magic & Bird : A Courtship of Rivals, car le bouquin « When The Game was Ours » avec ces deux protagonistes est encore plus excellent. Ce qui me fait d’ailleurs remarquer que c’est bien beau de mater des films, mais n’oublions pas les livres ! Un prochain Top 10 y sera peut-être dédié bientôt…

Transformez-vous en critique et laissez votre avis !

 


Poster un Comm'...

Tu peux insérer des smileys en cliquant dessus :

Nous vous rappelons que tout commentaire sera controlé préalablement à sa mise en ligne.
Nous vous prions de respecter les termes décrits dans l'avertissement.
Votre adresse IP pourra être enregistrée.

Déjà 9 Commentaires :

  1. JUAN
  2. Hey il manque Glory Road, l’histoire vraie de la première team black à remporter le championnat NCAA dans un contexte raciste assez dur, film dispo en français

    le 18 août 2011 à 11 h 39 min

  3. StillBallin
  4. Il y a une jolie petite résonance prémonitoire à propos de Jason Kidd et du titre de champion NBA dans le paragraphe sur Hooked.

    Sinon, parmi les 30 for 30 d’ESPN, j’ai trouvé que No Crossover, The Trial d’Allen Iverson était peut-être le meilleur. Il bénéficie à fond de l’effet rétrospectif mais c’est surtout l’angle sociologique qui est intéressant. Le basket n’y est ici qu’un grain de poussière perdu dans les turpitudes de la société et c’est brillamment montré.

    le 21 août 2011 à 11 h 04 min

  5. Antoine
  6. Salut Juan et désolé pour la réponse cinquante ans plus tard…
    Glory Road est mentionné ! Juste pas dans le top 10 (dernier paragraphe + voir explication). D’un point de vue perso c’est traité trop légèrement, voire même avec des erreurs historiques volontaires.
    Ça ne veut pas forcément dire qu’il ne faut pas le voir par contre, juste pas dans mon top 10 subjectif.

    le 30 août 2011 à 14 h 54 min

  7. Antoine
  8. Hey Still, cool de te revoir/relire ! (en plus je suis passé récemment sur NBA Unlimited)

    Effectivement super intéressant No Crossover, avec le côté enquête qui rajoute son grain de sel… Mais effectivement le côté sociologique est peut-être le plus intéressant.
    J’áimerai bien qu’AI revienne rien que pour donner ses impressions sur le lock-out : « We are talking about lockout, man ! Not the Game that I live and love and die to play. No, we are talking about lockout… How silly is that ! »

    le 30 août 2011 à 15 h 00 min

  9. MrFundamentals
  10. Coach Carter c’est un des seuls films que je peux voir une centaine de fois sans me lasser…

    le 2 septembre 2011 à 9 h 03 min

  11. pat
  12. et « Semi-pro », vous aimez pas ?

    le 24 octobre 2011 à 22 h 31 min

  13. Seb
  14. Sans l’ombre d’une seconde d’hésitation le meilleur film sur le basket Winning Time Regie Miller vs the New York Knicks. Absolument fabuleux de la première à la dernière seconde, je le reregarde régulièrement et il m’enchante à chaque fois comme lors du premier visionnage.

    le 15 novembre 2011 à 20 h 02 min

  15. Posterdunk
  16. Je trouve que « Coach Carter » mérite un peu mieux que la 5 ième place…

    Et « Space Jam » Il en est où ? haha

    le 23 décembre 2011 à 1 h 08 min

  17. Jo.
  18. « Soul in the hole » en N°1 à égalité avec « Hoop dreams ».
    « Semipro », sous ses atours de grosse farce qu’il est, nous en apprend pas mal sur la ABA de l’époque, et l’excellent « Doin’it in the park » de Bobbito & K.Couliau, dispo pour 3 cacahuètes en DL (9.9$).

    le 19 octobre 2013 à 11 h 18 min